En naviguant sur ce site vous acceptez que nous utilisions des cookies pour mesurer notre audience, vous proposer des fonctionnalités sociales, des contenus et publicités éventuellement personnalisés.

Soulager le corps, à Strasbourg

Hélène Brisson, praticienne de santé diplômée en psychonomie à Strasbourg dans la région d'Alsace, vous aide à soulager votre corps.
 

Premier traumatisme la naissance

Si l'accouchement est plus ou moins douloureux pour la maman, il l'est également pour le bébé.

Le passage de la vie dans l'eau de la maman à la vie dans l'air lui demande une grande adaptation que ce soit au niveau cardiaque, respiratoire...
Se frayer un chemin pour naître par voie naturelle lui demande énormément d'efforts physiques.

La pratique de santé en psychonomie aide l'enfant à développer son système immunitaire, à soulager les douleurs physiques qui ne sont pas toujours perceptibles par les parents (ex : un blocage crânien) et à s'assurer pour plus tard que les sphincters peuvent fonctionner normalement pour l'aider à accéder à la propreté.

 

Durant notre vie


Durant notre vie, nous devons tous lutter contre des agressions provenant de l'extérieur ou de l'intérieur. Le plus souvent, notre corps gère et s'auto-corrige sans que l'on s'en rende compte. Mais des douleurs apparaissent lorsque des chocs sont trop violents ou que l'accumulation est trop forte.

Hélène Brisson vous aide à soulager vos douleurs.
Cette pratique se réalise sans manipulation et permet d'apaiser des maux comme un whiplash (coup du lapin), une discopathie, un rétrécissement du canal rachidien, des symptômes récalcitrants à d'autres thérapies, une hernie discale, etc.
 
Hélène Brisson intervient également sur des blessures telles que le claquage, la tendinite, la fracture, la migraine, l'entorse, etc.
 
La pratique de santé en psychonomie aide à la cicatrisation des tissus, en accélérant le processus et favorise la récupération de la mobilité.

Afin que la séance soit plus efficace, il est nécessaire de prendre rendez-vous rapidement après le choc.
Des inflammations secondaires ou des positions antalgiques vont venir se greffer au symptôme premier si vous ne soulagez pas rapidement le choc.